Comment les jeunes médecins généralistes choisissent leur mode d'exercice

Résumé : Introduction : la diminution du nombre de médecins généralistes sur le territoire français est un enjeu de santé public majeur, d’après les prévisions du conseil de l’ordre le nombre de médecins généralistes en 2025 aura chuté de 10,6% par rapport à aujourd’hui. Il parait donc essentiel de comprendre les motivations des jeunes médecins généralistes à choisir cette spécialité, ainsi que leur mode d’exercice et leurs attentes. Matériel et méthode : il s’agit d’une étude qualitative, le recueil de données a été fait par des entretiens individuels semi directifs, l’encodage des données a été fait de manière manuelle jusqu’à suffisance des données. La population cible était les médecins généralistes en activité dans la région PACA depuis moins de 5ans, les internes de MG de 3eme année de DES d’Aix Marseille, étaient exclus les internes de 1ere et 2eme année de MG, les médecins ayant fini leurs études depuis plus de 5 ans, les médecins et internes souhaitant ou exerçant une activité mixte, les médecins titulaires de DESC et les internes en 3eme année inscrits à un DESC. Les médecins recrutés ont été séparé en 3 groupes distincts, les installés, les remplaçants et les salariés. Résultats : 22 entretiens individuels ont été réalisés. Pour les motivations à avoir choisi la médecine générale, on retrouve la diversité de la discipline, la relation avec le patient et la qualité de vie. Pour le groupe des remplaçants les principales motivations de ce mode d’exercice étaient l’absence d’engagement, l’acquisition d’une expérience ainsi que la moindre charge administrative et le temps libre. Pour le groupe salarié on retrouve l’importance du travail en équipe, l’allégement de l’administratif versus le libéral, les congés payés, la stabilité financière et la qualité de vie. Pour le groupe installé on retrouvait un besoin d’engagement et de stabilité, un sentiment d’être prêt à s’installer avec une préférence pour l’exercice de groupe. En ce qui concerne les attentes, ils souhaitaient conserver leur qualité de vie, ils décrivaient la nécessité d’alléger les charges administratives, ils voulaient garder leur liberté d’installation tout en déplorant la présence de déserts médicaux, ils étaient ouverts à des réformes sur les formes de rémunération, mais décrivaient une certaine appréhension par rapport aux futurs politiques de santé. Conclusion : ce qu’il ressort de cette étude est la nécessité d’une clarification des futures politiques de santé publique, afin de lever l’incertitude qui constitue un frein à l’installation, les charges administratives doivent être repensées afin d’alléger le temps de travail administratif des médecins, et rendre plus attractive l’installation. L’exercice en groupe étant privilégié chez les jeunes médecins il serait judicieux d’en renforcer les subventions. D’autres modes de rémunération devraient être discutés avec les acteurs politiques, sans pour autant abolir l’exercice libéral. Une meilleure formation au libéral est à envisager dès le début des études de médecine afin de donner envie aux futurs médecins de devenir généralistes.
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02010581
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, February 7, 2019 - 11:56:05 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM

File

THESE REY Mylène 05-10-2018[1...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02010581, version 1

Collections

Citation

Mylène Rey. Comment les jeunes médecins généralistes choisissent leur mode d'exercice. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02010581⟩

Share

Metrics

Record views

34

Files downloads

1042