Arias, récitatifs et didascalies : l’évolution de l’écriture chez Métastase en fonction de la musique et du spectacle - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2010

Arias, récitatifs et didascalies : l’évolution de l’écriture chez Métastase en fonction de la musique et du spectacle

(1)
1
Stefano Magni
  • Function : Author
  • PersonId : 1019973

Abstract

Arias, récitatifs et didascalies : l'évolution de l'écriture chez Métastase en fonction de la musique et du spectacle Dans l'une des études fondatrices de la critique métastasienne, Daniela Goldin affirme que l'adjectif d'utilisation courante « métastasien » confirme l'existence d'un style imposé par Métastase. Ce style est en relation avec la morphologie de l'aria métastasienne dont les caractéristiques principales sont l'isorythmie et isosyllabisme 1. C'est-à-dire que, comme la critique l'a maintes fois rappelé, l'écriture de Métastase a une musicalité interne qui prévoit une exécution musicale 2. Nous allons montrer que – au-delà de ces caractéristiques intrinsèques – dans sa longue carrière, l'écriture de l'auteur évolue, en s'adaptant au spectacle et à la musique. Nous le verrons surtout en étudiant les remaniements que l'auteur fait de certains de ses drames dans les années 1750-1755. Nous analyserons premièrement les révisions que Métastase fait dans le texte (les arias et les récitatifs) ; dans un deuxième moment les nouveautés qu'il introduit dans le paratexte (donc dans les didascalies, selon la définition de Genette) et nous considérerons enfin comment ces changements ont influencé l'écriture de derniers drames du librettiste. Partie I : le texte, les arias et les récitatifs Entre 1752 et 1755, Métastase a modifié en particulier quatre de ses drames en musique, c'est-à-dire 25-30 ans après leur première rédaction. Il s'agit de Didone abbandonata, son premier drame (1724), Semiramide, son cinquième drame (1729), Alessandro nell'Indie – sa sixième composition – qui a été mis en scène la première fois à Rome le 26 décembre de la même année (1729) 3 , et Adriano in Siria, dixième drame de l'auteur, représenté pour la première fois à Vienne (1731) 4. Dans les années précédentes, Métastase avait déjà remanié 1 Daniela Goldin, « Per una morfologia dell'aria metastasiana », in Metastasio e il mondo musicale, Firenze, Olschki, 1986, p. 13-37, p. 13, 17 et 19. 2 Dans son étude sur la réforme de l'opéra entre XVIII e et XIX e siècle, Andrea Chegai revient à plusieurs reprises sur ce sujet. Il rappelle que le vers de Métastase contient en lui-même le développement musical. Andrea Chegai, L'esilio di Metastasio. Forme e riforme dello spettacolo d'opera fra Sette e Ottocento, Firenze, Casa editrice Le Lettere, 1988, p. 23. 3 Ces trois premiers drames appartiennent à la période italienne. 4 Ce drame date de la première période viennoise.
Fichier principal
Vignette du fichier
Metastasio-musica.pdf (230.39 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01615409 , version 1 (12-10-2017)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01615409 , version 1

Cite

Stefano Magni. Arias, récitatifs et didascalies : l’évolution de l’écriture chez Métastase en fonction de la musique et du spectacle . Parnasse et Paradis L’Ecriture et la musique, 2010. ⟨hal-01615409⟩

Collections

UNIV-AMU CAER
46 View
56 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More