Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Le Et dans L'Et-oile de la Rédemption : la relation in-finie comme brisure de la totalité

Résumé : Avec L'Etoile de la Rédemption, Rosenzweig a réussi un tour de force qui consiste à écrire un système non-systématique ! Et comment parvient-il à accomplir un tel tour de force ? En mettant simplement le Et à la fin. Qu'y at -il apparemment de plus logique et de plus normal que de mettre le Et à la fin ? N'est-ce pas le mot qui permet de relier tous les éléments ensemble et ainsi de les constituer en totalité ? On est tout de même en droit de se demander si la place logique du Et n'est pas à la fin, mais plutôt au milieu : ne pense-ton pas spontanément le Et comme un médiateur ou une médiation, qui permet de penser ensemble deux entités différentes, le Et étant alors ce lien qui relie deux objets séparés en respectant leur séparation ? Mais dans ce cas le Et n'est pas à la fin, mais au milieu ! Pourquoi alors Rosenzweig met-il le Et à la fin de son ouvrage et de son système, et non au milieu 1 ? Pour répondre à cette question, il nous faut passer par deux étapes : d'abord montrer que le Et se situe bien à la fin dans l'Etoile ; ensuite remonter de ce Et final aux « Et » qui précèdent et qui ne prennent sens qu'à partir de ce Et final. A notre thèse, qui est de placer le Et à la fin, on peut facilement objecter que le Et se trouve partout dans l'Etoile pour y faire son oeuvre de jonction, et pas seulement à la fin. Ainsi les trois éléments du premier livre – Dieu, homme, monde – ne peuvent-ils émerger comme tels que par l'oeuvre du Et 2 : le Oui de la nature divine, et le Non de sa liberté, émergent comme dieu mythique grâce à l'oeuvre du Et ; le Oui du caractère humain et le Non de sa liberté, se conjoignent en homme tragique grâce à l'oeuvre du Et ; enfin le Oui du logos mondain et le Non des phénomènes se fondent en cosmos plastique grâce également au Et. Ainsi aussi en est-il des trois avènements temporels du deuxième livre : le récit de la Création est le produit de la conjonction (le Et) du Oui divin et du Non mondain ; le dialogue de la Révélation met en acte la rencontre (le Et) du Non divin et du Oui humain ; enfin le chant de la Rédemption accomplit la jonction (le Et) du Non humain et du Oui mondain 3. Quant au troisième livre, il n'est que la mise en oeuvre d'une triple conjonction (un triple Et) qui rassemble en figures « éternelles » les mouvements restés dispersés dans la temporalité 4 : le Judaïsme y figure la Rédemption du monde dans la Révélation, son Et qui 1 Même si cette fin – la vérité – lorsqu'elle est vue comme une visage, nous renvoie au milieu de la Révélation, puisque ce visage de la vérité pour nous, nous parle, et ainsi nous commande à notre part de vérité au coeur de la temporalité toujours en marche.
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01716943
Contributor : Edouard Robberechts <>
Submitted on : Sunday, February 25, 2018 - 3:10:48 PM
Last modification on : Thursday, February 7, 2019 - 2:25:10 PM
Long-term archiving on: : Monday, May 28, 2018 - 2:32:48 PM

File

Le Et dans L'Etoile de la Réd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01716943, version 1

Collections

Citation

Edouard Robberechts. Le Et dans L'Et-oile de la Rédemption : la relation in-finie comme brisure de la totalité. Franz Rosenzweig International Conference - “The conjunction and in Franz Rosenzweig’s work: I and the Other, philosophy and theology, time and redemption, Judaism and Christianity”, Feb 2017, Roma, Italie. ⟨hal-01716943⟩

Share

Metrics

Record views

99

Files downloads

38