Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

« Worstward Ho de Samuel Beckett, la violence du logos »

Abstract : Les mots, le raisonnement chez Beckett, secs, abstraits, ressemblent à une machine à trancher, à déchiqueter. Mais si cette violence du logos est manifeste, elle se trouve pourtant mise en échec – et avec elle la tentative d'atteindre le néant – non seulement par la révolte des affects mais aussi par l'invention d'une langue de la contre-violence au sein même du discours premier auquel il est fait ainsi violence. C'est ce mouvement contradictoire de la violence du logos dans Worstward Ho, ses caractéristiques, son évolution, son interprétation qui font l'objet de la présente étude.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01794525
Contributor : Cécile Yapaudjian-Labat <>
Submitted on : Thursday, May 17, 2018 - 3:49:35 PM
Last modification on : Wednesday, April 10, 2019 - 10:18:03 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01794525, version 1

Collections

Citation

Cécile Yapaudjian-Labat. « Worstward Ho de Samuel Beckett, la violence du logos ». La Revue des Lettres Modernes, Paris; Caen: Lettres modernes Minard, 2017, La Violence dans l'œuvre de Samuel Beckett, p. 69-87. ⟨hal-01794525⟩

Share

Metrics

Record views

43