Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Louis de Mijolla et l’Association des cadres dirigeants de l’industrie (ACADI)

Résumé : Nous entendons résoudre un paradoxe. L’ACADI, l’Association des cadres dirigeants de l’industrie, est née de façon passablement contingente en 1944 principalement à l’initiative de Louis de Mijolla (1891 – 1974). Pourtant, elle a exercé une influence profonde et durable sur la pensée managériale en France. Comment rendre compte du contraste entre l’histoire vécue et l’influence obtenue ? L’ACADI a répondu à un besoin qui ne trouvait pas ailleurs de lieu d’expression. Une synthèse << libéralo-dirigiste >> qui, dans le contexte des nationalisations et de la planification indicative, prend acte de ces nationalisations et de cette planification. Ceci dans un cadre non confessionnel de façon explicite à la différence du patronat chrétien, même si la foi chrétienne fédère les premiers acteurs. Déchargé des postures institutionnelles et idéologiques du CNPF, l’ACADI est un << club de pensée >>, un << think tank >> avant l’heure, à partir duquel quelques idées importantes, comme celle du dialogue social, ont fait leur chemin. L’ACADI est la grande œuvre de Louis de Mijolla . Elle a bénéficié d’un << effet de niche >> dans le discours patronal quand l’improbable coalition sur laquelle repose le CNPF pendant longtemps le contraint à un discours de langue de bois. L’ACADI  a permis d’explorer des questions, comme par exemple, la cogestion allemande, à une époque, la Quatrième République,  où les partis politiques semblent occuper le champ de la pensée. L’ACADI a traversé le temps jusqu’à nos jours car son axe problématique : << l’exigence économique et la préoccupation sociale >> est à la fois la bonne et la mauvaise conscience du patronat éclairé. Les responsables politiques ont aimé venir dialoguer avec l’ACADI, prouvant ainsi pour les uns qu’ils se préoccupent du social et pour les autres qu’ils sont attentifs à l’exigence économique. Les échos indirects de l’ACADI résonnent encore dans le débat contemporain. Francis Mer affirme: << Le système économique doit être au service de l'homme et non l'inverse >>.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01841110
Contributor : Delphine Cavallo <>
Submitted on : Tuesday, July 17, 2018 - 9:49:15 AM
Last modification on : Wednesday, July 18, 2018 - 1:15:33 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01841110, version 1

Collections

Citation

Philippe Mioche. Louis de Mijolla et l’Association des cadres dirigeants de l’industrie (ACADI). Barrière (Jean-Paul), Boulat (Régis) & alli. Les trames de l’histoire. Entreprises, territoires, consommations, institutions. Mélanges en l’honneur de Jean-Claude Daumas, Presses universitaires de Franche-Comté, pp.161-180, 2017. ⟨hal-01841110⟩

Share

Metrics

Record views

37