Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Au commencement était l’ordre juridique…

Résumé : Au commencement était l'« ordre juridique »… L'orientation générale du colloque, à la recherche du juriste idéal, m'incite à entendre sans doute de manière quelque peu singulière cette dernière expression, du moins de manière contre-intuitive, pour un juriste : au commencement de la science juridique était un ordre « juridique » d'ordre épistémologique, à savoir, d'une part, une identification claire et précise de l'objet « droit » et, d'autre part, de la manière dont il s'organise en général et un usage de règles d'ordre méthodologique pour observer cet objet. L'ordre juridique serait donc entendu ici comme l'ordre de la science juridique. Pour être un juriste, il faut pouvoir identifier son objet d'étude en général et l'observer en respectant un certain nombre de règles méthodologiques. Ce détournement du sujet paraît d'autant plus justifié, qu'au commencement, pour la plupart des juristes, il n'y a pas « l'ordre juridique », mais bien « le droit ». Autrement dit, ce concept d'ordre juridique n'est pas le concept premier le plus partagé par les juristes, contrairement à celui de « droit ». Pour reprendre le thème général du colloque, celui du juriste idéal, cette question du juriste idéal porte non pas sur le droit, mais sur le discours sur le droit ; de là, la question se pose de savoir quel « discours sur le droit » serait idéal. Le juriste idéal est celui qui propose un discours idéal sur le droit. Sans doute, plus que la question du juriste idéal celle, plus simple dans sa formulation, mais tout aussi redoutable à résoudre, de savoir ce qu'est un juriste est décisive. Elle est une question d'identité. Sous l'angle épistémologique, car telle est précisément la dimension de la question qui nous occupe, une discipline se caractérise à la fois par l'objet qu'elle entend décrire et par la méthode qu'elle utilise pour le faire ou, pour le moins, par un ensemble de pratiques communes utilisées pour décrire cet objet. Cette recherche de l'identité du juriste peut se faire de manière relativement empirique, en observant, avec une souplesse et un manque de rigueur assumés, les travaux produits par les juristes, et, plus exactement, par la doctrine juridique, dans les revues juridiques spécialisées. Sans doute faut-il également adopter un regard extérieur, celui d'un non juriste, sur ces travaux et tenter d'identifier le ou les objets sur lesquels ces travaux portent et la méthode qu'ils retiennent pour les observer. A consulter les supports dans lesquels la production du savoir des juristes trouve sa place, des supports qui se revendiquent comme des revues « juridiques », les publications des juristes sont diverses, même s'il existe des tendances significatives : des commentaires de décisions de justice, des commentaires de textes juridiques en vigueur ou de projets de texte, des systématisation de jurisprudence et/ou de textes de droit positif sur un thème particulier ou sur un concept spécifique, plus rarement, des travaux sur des concepts en eux-mêmes et/ou sur les concepts construits par les discours doctrinaux sur le droit.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01973220
Contributor : Xavier Magnon <>
Submitted on : Tuesday, January 8, 2019 - 11:08:19 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:48:27 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 9, 2019 - 3:18:50 PM

File

Intervention.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01973220, version 1

Collections

Citation

Xavier Magnon. Au commencement était l’ordre juridique…. Le juriste idéal, Apr 2018, Bordeaux, France. ⟨hal-01973220⟩

Share

Metrics

Record views

83

Files downloads

95