Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

L’aménagement temporaire, outil fédérateur pour la co-construction du projet urbain

Résumé : À l’heure où de nombreuses collectivités locales cherchent à définir des méthodes d’implication des habitants dans le processus de projet, l’aménagement temporaire peut constituer un outil fédérateur pour permettre la participation des citoyens à la production de territoires urbains. Les affectations transitoires peuvent favoriser le développement d’espaces urbains plus en adéquation avec les besoins des habitants et des usagers et offrir un moyen d’expérimenter, sur une période limitée dans le temps, de nouvelles formes culturelles et sociales. La construction de projets ouverts à la participation citoyenne et à celle de partenaires nouveaux, comme les collectifs et les associations, est explorée à travers deux exemples, à Marseille et à Clermont Ferrand. L’aménagement temporaire prend forme dans ces deux cas sur des délaissés urbains et s’intercale entre une ancienne et une nouvelle affectation à caractère définitif. Clôturés et ainsi éloignés du regard, ces délaissés urbains provisoires sont à la fois lieux de résistance face à l’espace urbain normé et homogène et lieux d’expression de besoins non pris en compte par les projets d’aménagement. Cette réflexion s’inscrit et s’appuie sur une série de travaux initiée notamment par Maria Gravari-Barbas et Lauren Andres sur les délaissés urbains et la manière dont ils peuvent être support de processus d’appropriation. La dimension projectuelle de l’aménagement temporaire peut prendre toute sa signification dans la mise en œuvre du projet urbain, considéré comme un processus associant maitrise d’ouvrage et maitrise d’usage dans une dimension multi-scalaire et itérative. Si une stigmatisation, un a priori négatif, accompagnent souvent ces espaces en transition, associés plus à la marginalité qu’à la liberté d’expression et d’expérimentation de nouveaux usages urbains, l’aménagement provisoire permet de faciliter l’émergence du projet et d’un arbitrage avec les acteurs concernés : décideurs publics, habitants et investisseurs. Les actions qui s’inscrivent dans le temps long ne sont plus les seules légitimes comme éléments de structuration sociale, les actions à court terme sont aussi des catalyseurs pertinents. L’aménagement temporaire prépare la mutation du lieu et l’accélère : il permet de définir ou contribuer à une programmation urbanistique d’un espace où elle est encore indéterminée. En tant qu’outil de participation citoyenne, il prévient les blocages en permettant aux habitants de s’exprimer en amont et de coproduire leurs futurs espaces de vie. L’action urbanistique est aujourd’hui fondée sur un nouveau paradigme, celui de penser la ville par ses usages, ses enjeux sont centrés sur l’amélioration de la qualité de vie ; cela passe notamment par une réflexion sur les espaces publics. Les deux cas d’études, à Marseille et à Clermont Ferrand permettent de montrer comment les délaissés urbains offrent l’occasion d’expérimenter et de proposer des manières inédites d’investir ces espaces publics latents.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01992117
Contributor : Delphine Cavallo <>
Submitted on : Thursday, January 24, 2019 - 11:43:27 AM
Last modification on : Friday, January 25, 2019 - 1:20:04 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01992117, version 1

Collections

Citation

Angelo Bertoni. L’aménagement temporaire, outil fédérateur pour la co-construction du projet urbain. Guy Baudelle, Gilbert Gaultier. Les nouvelles fabriques de la ville. Objets, référentiels et méthodes, Presses universitaires de Rennes, pp.157-164, 2018, Espace et territoires. ⟨hal-01992117⟩

Share

Metrics

Record views

60