La Grèce et ses inventions – "L’Héritage de la chouette" (1989)

Résumé : La Grèce et ses inventions-L'Héritage de la chouette (1989) Jean-Michel DURAFOUR et Pierre-Yves QUIVIGER paru initialement dans Vertigo, n° 46, automne 2013, p. 57-64 1 SYMPOSIUM ou les Idées reçues À Paris, Athènes, Berkeley et Tbilissi, des historiens se prêtent au jeu de la recomposition du banquet attique (symposion, « boire ensemble »), du moins pour partie : mets, vin ; aucun péan, aucune libation en revanche. Le banquet est montré en moment convivial de partage de la parole et des idées, où chacun s'exprime, questionne, répond à ses prédécesseurs. Différents sujets y sont abordés : certains seront développés par un rebondissement postérieur du cycle, d'autres pas ; il s'agit donc bien d'une ouverture, au sens musical, mais aussi d'une mise en bouche-puis la discussion digresse, s'égare, on passe à des entretiens individuels suivis, c'est-à-dire segmentés d'épisode en épisode. Le schéma directeur de la série est posé : le fil d'Ariane, le montage rhizomateux, la circumnavigation de conversations filmées et d'images. Parmi ces sujets, un ressort met en abyme la pratique même du banquet, et se retrouvera dans quasiment tous les épisodes à venir : les anciens Grecs auront surtout découvert qu'il n'existe pas d'individu qui ne soit pas intégré dans une communauté, en même temps qu'ils auront agréé l'injonction du moi (gnôthi seauton) et de l'autre en moi (daimôn socratique) 1. Il y a dans l'ivresse subjective des commensaux du banquet un point qui touche à une vérité essentielle de la Grèce, mais qu'un cliché tenace sur la culture mesurée et rationnelle empêche de clairement apercevoir : la Grèce, c'est aussi l'excès, le dionysisme, OEdipe incestueux et parricide se crevant les yeux après avoir découvert la vérité, des poupées vaudous qu'on utilisait contre l'adversaire durant les procès… Terre archaïque cramée par un soleil grisant qui monte à la tête ? Ce n'est pas hasard si le banquet s'impose à l'ouverture de L'Héritage de la chouette : le repas collectif, l'apéritif copieux sous les oliviers, la partie de 1 Gnôthi seauton : « Connais-toi toi-même », injonction célébrissime inscrite au fronton du temple delphique d'Apollon, reprise par Socrate (Premier Alcibiade, Charmide, Philèbe). « Daimôn socratique » fait référence à la « voix intérieure » aprotreptique, retenant Socrate d'agir, en particulier de ne pas interroger ses interlocuteurs (Steiner, plus tard : Socrate était un « emmerdeur cosmique »…), et sur l'exemple de laquelle chaque individu peut se donner à soi-même-de l'extériorité de l'oracle à l'intériorité de la vie personnelle de l'esprit-accès à la (recherche de la) vérité.
Complete list of metadatas

Cited literature [2 references]  Display  Hide  Download

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02068423
Contributor : Jean-Michel Durafour <>
Submitted on : Thursday, March 14, 2019 - 10:33:49 PM
Last modification on : Wednesday, March 27, 2019 - 9:37:15 AM
Long-term archiving on : Saturday, June 15, 2019 - 8:00:35 PM

File

Marker(avec PYQ)_Vertigo_2013....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02068423, version 1

Collections

Citation

Jean-Michel Durafour, Pierre-Yves Quiviger. La Grèce et ses inventions – "L’Héritage de la chouette" (1989). Vertigo, Paris : Avancées cinématographiques, 2013. ⟨hal-02068423⟩

Share

Metrics

Record views

45

Files downloads

24