, La méthode employée pour la constitution de la fiche d'inventaire prend en compte les composants de l'instrument (clarinette logique /bec instrumenté, bouche artificielle et synthèse sonore) ainsi que la synthèse des interviews avec les chercheurs. La fiche plus documentée fait apparaître selon les cas pour chaque instrument : la description du principe de fonctionnement, l'historique de sa création, les formules expliquées, un descriptif du logiciel utilisé avec les codes sources, les publications, les brevets, les rapports d'étapes, le produit fabriqué dans la chaine de production et l'apport des instruments scientifiques pour les professionnels, les enseignants et pour l'histoire des techniques (lignée technique, régime technologique de l'instrument). Cette étude de faisabilité de fiches d'inventaire nous a permis enfin de nous interroger sur la dématérialisation du patrimoine et sur la pérennité des données. Effectivement, nous ne pouvons pas nous passer d'une réflexion quant à la, Le patrimoine du laboratoire ne se limite pas à l'aspect matériel de la recherche, il est présent aussi dans les traces immatérielles (histoire du laboratoire, activités de recherche, témoignages, gestes, vocabulaire, habitudes

B. Cuenca, C. Ballé, C. Thomas, and Y. , Patrimoine Scientifique et technique : un projet contemporain, vol.272, 2016.

B. Jacomy, Une histoire des techniques, Ed. Du Seuil, vol.366, 1990.

C. Lévy-soussan, Inventaire et sauvegarde des instruments scientifiques en développement, réalisé sous la direction de Anne-Françoise Mémoire de Master 2 Recherche (TPTI) -Paris 1 Panthéon / Sorbonne, 2018.

G. Simondon, Le monde d'existence des objets techniques, « Genèse de l'objet technique : le processus de concrétisation, p.330, 1958.