Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

LA BRUME ET LES PARADOXES DU FLOU DANS LES ŒUVRES PLASTIQUES AU DEBUT DU XXIe SIECLE

Résumé : Les nuées et le brouillard envahissent depuis longtemps nos représentations, et les techniques picturales, photographiques ou cinématographiques créent aujourd’hui encore des effets de confusion chez le spectateur et l’amènent à se confronter à l’opacité du visible. Mais la brume est aujourd’hui un opérateur plastique aussi bien dans les représentations bidimensionnelles que dans des installations où elle permet à un spectateur / acteur de faire l’expérience physique d’un lieu où les choses deviennent floues. Il s’agit d’analyser de manière croisée les enjeux contemporains de ces modes d’immersion (visuelle et/ou physique) du spectateur, dans les représentations brumeuses et dans des dispositifs plastiques à brouillard artificiel (Gerhard Richter, Olafur Eliasson, Ann-Veronica Janssens…). L’hypothèse est que le brouillard, qui place nos sens en alerte, permet aujourd’hui aux artistes de proposer au spectateur une perception altéritaire du monde ; cette dernière se fonde, paradoxalement, sur l’altération, dans une époque où le scintillement médiatique permanent finit par brouiller le sens des images évidentes et des signes injonctifs de tous ordres. ------- Quand la brume se lève, l'espace diaphane s'opacifie ; elle perturbe notre environnement qui devient, littéralement, problématique. Se pose alors concrètement à nos sens la question de l'opacité et de la transparence du visible, et donc celle de notre compréhension du monde. Quand cette expérience d'un vide altéré et d'un réel brouillé se transpose dans celle de l'oeuvre plastique, il faut préciser ce qu'on entend par transparence et opacité. La représentation picturale symbolique ou naturaliste considérait la surface de la toile comme écran transparent qui ouvrait à une perception du monde fondée sur l'illusion et le décryptage. Mais en abandonnant le réalisme et la peinture d'idées au début du XXe siècle, l'art moderne ouvre une voie nouvelle : l'oeuvre devient opaque dans la mesure où elle opère de manière autonome dans le champ du réel, sans transparence ni référent obligatoire à l'extérieur d'elle-même. La peinture comme la sculpture acquièrent une autonomie : elles valorisent désormais davantage la visibilité de l'objet et la présence de la matière que l'identification d'une ressemblance. Cette conception moderne de l'oeuvre concerne bien sûr la forme de la brume comme opérateur plastique ; il ne s'agira donc pas seulement d'envisager ici la transparence et l'opacité qui caractérisent le brouillard en termes d'histoire et d'esthétique générale, mais également et surtout en termes phénoménologiques. Dans les arts visuels, la brume oscille désormais entre sa reconnaissance comme « vapeur colorée » dans une image et sa mise en oeuvre comme matériau réel opacifiant dans des dispositifs tridimensionnels. J'envisage donc le brouillard comme puissance scénographique qui établit des transactions et des passages dans le visible selon une dialectique transparence/opacité. Comment faisons-nous aujourd'hui l'expérience d'espaces plastiques brumeux, entre net et flou, entre réel et fiction ? Qu'il s'agisse d'un voile qui altère les repères en profondeur dans une oeuvre bidimensionnelle, d'un brouillard artificiel qui nous désoriente dans l'espace d'exposition ou encore d'une brume en mouvement qui envahit le paysage dans un dispositif in situ, les artistes proposent au spectateur une expérience sensorielle sur l'émergence, la transformation et la disparition des formes ou des choses.
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02509225
Contributor : Jean Arnaud <>
Submitted on : Saturday, March 21, 2020 - 3:26:28 PM
Last modification on : Tuesday, June 30, 2020 - 3:39:32 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02509225, version 1

Collections

Citation

Jean Arnaud. LA BRUME ET LES PARADOXES DU FLOU DANS LES ŒUVRES PLASTIQUES AU DEBUT DU XXIe SIECLE. Karin Becker, Olivier Leplâtre. La brume et le brouillard dans la science, la littérature et les arts, Hermann, 2014, 9782705688035. ⟨hal-02509225⟩

Share

Metrics

Record views

11