Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Aby Warburg : gènes génie. Essai d'« utraquistique » en iconologie

Résumé : Génie : « talent, inclination ou disposition naturelle pour quelque chose d'estimable, et qui appartient à l'esprit » (Dictionnaire de l'Académie française, 1762). Par extension, se dit également d'un peuple ou d'un collectif d'êtres humains, voire d'une entité non humaine (« le génie du christianisme »), et désigne alors le caractère propre à ce dont on parle. Ainsi, Aby Warburg écrit-il à propos du palais Schifanoia de Ferrare, en 1912, que « le nouveau grand style que nous a apporté le génie artistique italien s'enracinait dans la volonté sociale de dégager l'humanisme grec de la gangue de la "pratique" médiévale et latine d'inspiration orientale 1. » Le terme vient du latin genius : « démon tutélaire qui préside à la conception puis à la destinée d'un être humain » ; mais l'étymologie remonte au grec ancien : gennán (engendrer, former), génos (naissance, race)-qui ont donné « géniteur », « génération », « genèse », « génital », « gens ». Et-comme nous y viendrons-« gène » (1909), néologisme inventé par le biologiste danois Wilhelm Johannsen dans la langue allemande (Gen). Le but de ce texte tient en quelques mots : expliciter chez Warburg le passage d'une conception empruntée, reprise et embarrassée, du génie de l'artiste (qui vient d'une tradition avec laquelle Warburg va précisément rompre), mais dont on peut trouver ici ou là, comme dans la citation du paragraphe précédent, quelques vestiges dans certains textes, non nécessairement de jeunesse (pas de positivisme linéaire), vers une conception tout à fait originale des « gènes » des images. Ou plus exactement, puisque les images ne sont pas des organismes : d'une vie des images, formule sur laquelle cet article reviendra abondamment, notamment à partir de la célèbre « survivance Nachleben » des expressions visuelles d'une époque à une autre, mais dont on peut déjà dire pour lancer mon hypothèse qu'elle ne sera plus conçue à partir d'une généalogie de l'héritage, à savoir sur le modèle humain (le droit juridique de la succession), mais comme une forme d'énergie proprement incommensurable, excédant nos capacités humaines, dont l'homme sera foncièrement absent, pensée de préférence à partir d'une générosité de l'hérédité 2-que la biologie du début du XX e siècle découvrait alors avec exaltation. Pour cela, il faudra décorréler l'étude de Warburg de l'histoire de l'art (Winckelmann, Burckhardt) pour proposer une approche de Warburg peut
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-03123494
Contributor : Jean-Michel Durafour <>
Submitted on : Friday, April 9, 2021 - 4:15:01 PM
Last modification on : Tuesday, April 13, 2021 - 3:27:22 AM

File

Aby Warburg gènes génie..pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03123494, version 2

Collections

Citation

Jean-Michel Durafour. Aby Warburg : gènes génie. Essai d'« utraquistique » en iconologie. Marine Riguet et Ugo Batoni (dir.), Le Génie au XIXe siècle. Anatomie d'un monstre, Paris, Classiques Garnier, coll. "Rencontres", 2020, 2020. ⟨hal-03123494v2⟩

Share

Metrics

Record views

11

Files downloads

4