Mémoire des années de plomb et problématique de l’identité dans le roman policier allemand contemporain : Wolfgang Schorlau, Die Blaue Liste (2003) - Aix-Marseille Université Access content directly
Book Sections Year : 2017

Mémoire des années de plomb et problématique de l’identité dans le roman policier allemand contemporain : Wolfgang Schorlau, Die Blaue Liste (2003)

Abstract

Terrorist violence by the RAF did not end with the suicide of its first generation members , nor with the trials or death of its second-generation members. A third generation of members carried on fighting", attacking, killing, assaulting in Germany into the 90s and the RAF would only announce its self-dissolution in 1998. The last of the murders it claimed was perpetrated in 1991 against the then head of the Treuhand, Carsten Detlev Rohwedder. His alleged assassin, Wolfgang Grams, was killed when he was arrested in Bad Kleinen, on June 27, 1993. These two deaths are at the heart of the plot developed in the detective story ‘Die Blaue list’. The RAF’s claim over terrorist acts after the historical break of 1990 and the reunification of the two German states raises a question, because this claim seems out of step not only with the period of the ‘years of lead’, but also with the speech that was trying at the time to ‘legitimize’ the terrorists’ violence. The assassination of the first President of the Treuhand, in particular, does not fit with the methods used by the RAF, either as regards the choice of the "target" or the procedure. The so-called "popular" literature, of which crime fiction is part, has often proved effective in detecting and expressing the malaise of a society facing its own inconsistencies or uncertainties. This contribution aims to study the coming together of two complex historical, painful and unresolved realities in German society today through analysing Wolfgang Schorlau’s novel . On the one hand how German unification happened from an economic point of view, and how the choice made after the death of Detlev Rohwedder Carsten would prove humanly disastrous. On the other hand the fascination in a largely pacified and profoundly democratic German society, , for the temptation of violence as a solution to political challenges .
La violence terroriste de la RAF ne s’est pas arrêtée avec le suicide des acteurs de la première génération, ni avec les procès ou la mort de la seconde génération. Une troisième génération a continué son « combat », des attaques, des assassinats, des attentats ont continué à être commis en Allemagne jusque dans les années 90, et la RAF n’annoncera son autodissolution qu’en 1998. Le dernier des assassinats revendiqués est celui perpétré en 1991 contre le chef de la Treuhand à l’époque, Carsten Detlev Rohwedder. Son assassin présumé, Wolfgang Grams, sera tué lors de son arrestation à Bad Kleinen, le 27 juin 1993. Ces deux morts sont au cœur de l’intrigue développée dans le roman policier Die Blaue Liste. La revendication d’actes terroristes par la RAF au-delà de la césure historique de 1990 et de la réunification des deux Etats allemands interroge, tant cette revendication semble en total décalage non seulement avec la période antérieure des « années de plomb », mais aussi avec le discours qui tentait, à l’époque, de « légitimer » cette violence du côté des terroristes. L’assassinat du premier président de la Treuhand, notamment, n’entre dans aucun des schémas utilisés par la RAF, que ce soit en ce qui concerne le choix de la « cible » ou le mode opératoire. La littérature dite « populaire », dont le genre du roman policier fait partie, s’est souvent avérée efficace pour détecter et pour exprimer le malaise d’une société face à ses propres incohérences ou incertitudes. Cet contribution se propose d’étudier à travers l’analyse du roman de Wolfgang Schorlau la rencontre de deux réalités historiques complexes, douloureuses et non résolues pour la société allemande d’aujourd’hui : d’une part la manière dont s’est déroulée l’unification allemande du point de vue économique, avec un choix fait après la mort de Carsten Detlev Rohwedder qui se révèlera humainement désastreux, d’autre part la fascination de cette société allemande, pourtant très largement pacifiée et profondément démocratique, pour la tentation de la violence comme solution aux défis politiques.
Not file

Dates and versions

hal-03226283 , version 1 (14-05-2021)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-03226283 , version 1

Cite

Catherine Teissier. Mémoire des années de plomb et problématique de l’identité dans le roman policier allemand contemporain : Wolfgang Schorlau, Die Blaue Liste (2003). Sociétés face à la terreur (de 1960 à nos jours) - Discours, mémoire et identité, Editions Orbis Tertius, pp.475-493, 2017, 978-2-36783-096-4. ⟨hal-03226283⟩

Collections

UNIV-AMU
27 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More