Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Désarmement

Résumé : En fait, oui, c'est ma prière quotidienne, je vous la confie tout simple-ment; tous les soirs, je dis : "Désarme-moi, désarme-nous, désarme-les." Christian de Chergé, L'invincible espérance, Paris, Bayard, 1997 p. 298.Il faut avoirl'honnêtetéde reconnaître que "l'exigence évangélique de désarmement" vécue et formulée par Christian de Chergé, moine assassiné à Tibhirine par le GIA en 1996, n'a pas eu la place centrale qui aurait pului revenir dans la doctrine élaborée par l'Églisecatholiqueà propos de la guerre. Cette doctrine, par sa reconnaissance d’une moralepossiblede et dans la guerre,a «accepté» la logique des armes et de l’armement entre nations.Dans le Catéchismeactuelde l’Eglise catholique, qui reprendàl’article 2308 le texte deGaudium et Spes(79, §4),il est écrit qu’«aussi longtemps(...)que le risque de guerre subsistera, qu’il n’y aura pas d’autorité internationale compétente et disposant de forces suffisantes, on ne saurait dénier aux gouvernements, une foisépuisées toutes les possibilités de règlement pacifiques, le droit de légitime défense». Cedroit comprend celui de posséder une force militaire,(armements et armées)auxquellesusageest permis parl’article 2309aux strictes conditions 1.de la durabilité, la gravité et la certitude dudommage infligé par l’agresseur à la nation ou à la communauté des nations.2.de l’impraticabilité ou inefficacité révélées detous les autres moyens d’y mettre fin.3.de la nocivité plus grandedu mal à éliminer que de celui qu’entraînera l’emploi des armes. On peut alors considérer que le «désarmement» préconisépar l’Eglise catholique n’est pas envisagéd’abordsous l’angle de l’iniquité fondamentale à en posséder ou à en user,mais sous l’angle plus réducteur del’iniquité à en posséder certaines qui entraînent un mal qui échappe à toute possibilité de contrôle (Pie XII, Discours du 30 septembre 1954 à l’Association médicale mondiale). «La puissance des moyens modernes de destruction pèse très lourdement dans l’appréciation de cette condition», confirme le Catéchisme.L’appel au désarmement, entamé sous Pie XII,s’est accru en fréquence et en intensité maisest resté «limité» à la dénonciation de l’accumulation des armes (la course aux armements), devenant gravement immorale à partir du moment où celles qu’on possède sont largement suffisantes pour se protéger (Catéchisme § 2315, rejet de la politique de dissuasion nucléaire). L’argument mis en avant à partir de Paul VI pour justifier le désarmement général (et pas seulement celui des armes A.B.C)a étéque le surarmement, loin d’éliminer les causes de guerre, risquaitde les aggraver. La dépense de richesses fabuleuses dans la préparation d’armes toujours nouvelles empêche de porter remède aux populations indigentes (Populorum Progressio, 53, 1967)et lèse les pauvres d’une manière intolérable (Gaudium et Spes, 81, § 3); Ilentrave le développement des peuples. Le surarmement, traité d’«hystérie collective» par l’observateur permanent du Saint-Siège à l’Onu dans son document sur le Saint-Siège et le désarmement en 1976, multiplie en réalité les raisons de conflits et augmente le risque de la contagion(Catéchisme, § 2315). Le contrôle de la production et du commerce des armes doivent donc être une des premières priorités de la communauté internationale.
Complete list of metadata

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-03244998
Contributor : Julien Caugant <>
Submitted on : Tuesday, June 1, 2021 - 3:13:41 PM
Last modification on : Thursday, June 3, 2021 - 3:25:20 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03244998, version 1

Collections

Citation

Blandine Chelini-Pont. Désarmement. Cinq papes modernes, le concile Vatican II et la paix mondiale, 13 (2), pp.49-64, 1990, Sociologie et Sociétés. ⟨hal-03244998⟩

Share

Metrics

Record views

10