Représenter l'Infini : l'espace du livre dans les cycles en prose du XIIIe siècle - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2007

Représenter l'Infini : l'espace du livre dans les cycles en prose du XIIIe siècle

(1)
1

Abstract

The prose novels of the thirteenth century have two major representatives: the Lancelot and the Tristan in prose. Nevertheless, under these titles, which clearly define two distinct and unique works (and which are creations of medievalist critics), what today we would commonly call a book, hides a polymorphous reality. Manuscripts containing a set of novels are referred to as cyclical manuscripts. The latter are therefore a spatial choice, materially speaking, since it is a question of grouping together in the same manuscript several works foreign to each other in several respects, the fictional link excepted. The space of the book-object thus becomes the materialization of a reflection on what a specific work represents for a copyist or a particular sponsor.
Les romans en prose du XIII e siècle comptent deux représentants majeurs : le Lancelot et le Tristan en prose. Néanmoins, sous ces titres qui semblent définir nettement deux oeuvres distinctes et uniques (et qui sont des créations de critiques médiévistes), ce qu'aujourd'hui nous appellerions communément un livre, se cache une réalité polymorphe. En effet, il s'agit de cycles qui regroupent plusieurs romans. Le corps du Lancelot en prose est formé par le Lancelot propre 1 , précédé de l'Estoire del Saint Graal 2 puis du Merlin 3 ; il est suivi de la Queste del Saint Graal 4 et de La Mort le roi Artu 5. Quant au cycle tristanien, son fonctionnement est encore plus complexe : la version dite de la Vulgate comprend avant tout le Tristan en prose 6 , suivi également par la Mort Artu. Cependant, le Tristan en prose contient des interpolations du Lancelot propre et de la Queste. Enfin, il existe une version dite Post-Vulgate 7 qui comprend un texte différent et des épisodes inédits qui peuvent s'insérer dans le texte du Tristan lui-même mais affectent surtout la Queste et la Mort Artu. Beaucoup de mystères entourent encore l'écriture de ces cycles. La notion d'auteur, au Moyen Âge, est plus importante au niveau conceptuel 8 que personnel : l'oeuvre n'est pas ressentie comme une propriété intellectuelle et elles sont nombreuses à ne pas être signées, ou alors d'un pseudonyme. Ainsi, celui qui se désigne par le nom de Luce del Gat dans le prologue du Tristan, n'a très probablement jamais existé d'autant que ce roman, comme le Lancelot propre, est peut-être le produit non d'un auteur unique, mais d'un atelier. Par ailleurs, les différents romans qui composent un cycle sont, indéniablement, de mains différentes.
Fichier principal
Vignette du fichier
Représenter l'Infini.pdf (222.02 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03548007 , version 1 (20-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03548007 , version 1

Cite

Adeline Richard Duperray. Représenter l'Infini : l'espace du livre dans les cycles en prose du XIIIe siècle. Le Livre et ses espaces, A paraître. ⟨hal-03548007⟩

Collections

UNIV-AMU
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More