Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Book sections

Glossaire

Résumé : Auteur : ce substantif provient du verbe latin augere, qui signifie « augmenter », ce verbe étant ici à considérer du point de vue de la quantité autant que de la qualité. La figure de l'auteur médiéval est multiple et complexe. D'une part parce que nombre d'oeuvres sont anonymes, ou attribuées à des figures d'auteurs fictives (que cette figure ait, d'ailleurs, existé ou non). Même lorsque le clerc qui est à l'origine du texte est identifié, on ne connaît souvent sur lui que trop peu d'éléments pour en faire une individualité pourvue d'une biographie. Cette figure est à l'origine d'une oeuvre qui se fait l'écho, la continuation, la réécriture de textes antérieurs qui sont repris, augmentés, remaniés, et servent toujours d'autorité, de caution de prestige. Le copiste est auteur lui aussi, à sa manière, puisqu'il intervient dans une oeuvre qu'il retranscrit pour y combler des blancs, des incompréhensions, ou encore pour y modifier un élément qu'il juge mal choisi. Le jongleur, qui assure la performance du texte, soit en le récitant par coeur, soit en l'inventant à partir d'un canevas, est une nouvelle figure d'auteur. Il faut donc garder à l'esprit que parler d'auteur au Moyen Age, c'est risquer l'anachronisme, si l'on ne considère pas cette réalité plurielle. Codex : livre composé de pages cousues sur un même côté pour former un cahier. Copiste : un clerc, souvent un moine, dont le métier était de copier les manuscrits. Clerc : le clerc est un savant, qui a pu acquérir sa science (les arts libéraux et les arts mécaniques) parce qu'il est, la plupart du temps, un homme d'Eglise. Décorations marginales : ce terme désigne toutes les décorations (entrelacs, feuillages, personnages, animaux) qui ornent les marges d'un texte dans un manuscrit. Diplomatique : une édition diplomatique est une édition qui retranscrit un texte à l'identique de ce que l'on trouve dans un manuscrit, sans modifier la coupe des mots ou leur orthographe, et sans résoudre les abréviations. Enluminure : une enluminure désigne tout ornement tracé à la main dans un manuscrit, qu'il s'agisse d'une miniature, d'une lettrine, de marges ornées. Lettrine : lettre de grand format placée au début d'un texte ou d'une partie de texte pour en marquer l'ouverture. La lettrine peut être ornée. Miniature : peinture de petit format qui accompagne les textes des manuscrits. Ce mot provient du substantif minium, qui désigne l'oxyde de plomb qui servait à orner en rouge certaines parties du manuscrit. Ces ornements rouges étaient les seuls des premiers manuscrits, si bien qu'ils ont donné leur nom aux petites peintures qui illustrent les textes médiévaux. Rubrique : ce substantif provient du latin ruber, « rouge », et désignait, dans les manuscrits, les titres des différentes parties d'un texte, que les copistes écrivaient en rouge. Volumen : manuscrit où les feuilles sont assemblées en rouleau.
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-03548038
Contributor : Adeline DUPERRAY Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Saturday, January 29, 2022 - 1:41:19 PM
Last modification on : Thursday, September 8, 2022 - 3:55:00 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03548038, version 1

Collections

Citation

Adeline Richard Duperray. Glossaire. Simon de Thuillières, Le Codex, 2021. ⟨hal-03548038⟩

Share

Metrics

Record views

5