Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

La symbolique du jardin dans Il giardino dei Finzi-Contini

Résumé : C'est à partir d'une visite à la nécropole étrusque de Cerveteri que le souvenir du jardin des Finzi-Contini s'impose à l'esprit et au coeur du héros du roman central de Bassani. A la vue des tombes de ce peuple disparu, le narrateur se rappelle le jardin de cette famille juive ferraraise disparue durant la Shoah qui, tel un temple de la mémoire, représente un monde où se trouve sans doute le véritable sens de ses origines, le secret de son identité juive. C'est en effet dans ce lieu fermé, aujourd'hui disparu mais qui demeure éternellement dans sa mémoire, que le narrateur va tenter de se retrouver lui-même, à travers les souvenirs du passé. Car de même que l'art restructure et réordonne la vie, la transcende, la dépasse, en fait parfois ressortir un sens, une cohérence, le jardin des Finzi-Contini, en reproduisant un microcosme de la nature réorganisée, réordonne les événements en y conférant une signification, une force et une beauté qui s'oppose au temps et à l'oubli, au Chaos. Bassani est en effet conscient de la dimension consolatrice où rien, ni les individus, ni les lieux, ne change, ne se transforme, ne disparaît. Le passé est désormais confié à un lieu de mémoire, le jardin, qui, par sa beauté apparemment immobile et immuable, tend à se soustraire à la tyrannie du temps. Ainsi, à travers la description d'un lieu de perfection, Bassani tente de reconstruire l'instant d'une saison, d'une période unique, où tout était encore possible, où un univers fragile et précieux, celui des juifs italiens, était encore épargné. Le bonheur vécu dans le jardin devient ainsi la parabole dans l'espace et dans le temps, d'un instant privilégié, d'une enfance humaine, d'un âge d'or, avant que la tragédie détruise ce microcosme, précieux et éphémère. Un jardin-mémoire Bassani veut récupérer le sens et la valeur des expériences perdues, s'opposant au drame de l'oubli, à la perte du passé et ce, par la célébration d'un lieu, d'un espace sacré. Par la création du jardin, il transfigure l'expérience révolue, l'immobilise et la pétrifie, la circonscrit, lui conférant une dimension d'absolu, de mythe. Par le décor mythique d'un jardin édénique, il tente symboliquement de s'opposer désespérément aux ravages de Chronos. C'est en effet à travers l'espace, la description et l'évocation détaillée du jardin, à travers le travail de la mémoire spatiale, de la remémoration lente et assidue d'une réalité à la fois tangible et symbolique, que Bassani récupère le temps, et le passé : la minutieuse évocation du jardin devient pélérinage spirituel, itinéraire moral, retour sur des réalités que seul la renaissance de l'image du jardin peut faire resurgir. Dans sa lutte contre le passage du temps, Bassani réorganise l'espace, au sein même des murs de Ferrare, dans un jardin où le réalisme rejoint la métaphore dans une volonté de mémoire et d'éternité. C'est sans doute aussi pour cette raison que le roman lui-même, Il giardino dei Finzi-Contini, peut être considéré comme un des récits centraux de Bassani, une somme des thèmes de son oeuvre narrative −comme l'exclusion, la solitude, la mort, la
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01164197
Contributor : Sophie Nezri-Dufour <>
Submitted on : Tuesday, June 16, 2015 - 1:53:14 PM
Last modification on : Thursday, February 7, 2019 - 3:23:58 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 25, 2017 - 8:41:13 AM

File

italies-1090-8-la-symbolique-d...
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-01164197, version 1

Collections

Citation

Sophie Nezri-Dufour. La symbolique du jardin dans Il giardino dei Finzi-Contini. Italies, Centre aixois d'études romanes, 2004, Jardins, pp.299-323. ⟨hal-01164197⟩

Share

Metrics

Record views

303

Files downloads

1054