Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Résidence alternée : la justice face aux rapports sociaux de sexe et de classe

Résumé : En 2002, en introduisant dans le Code civil la possibilité de résidence alternée des enfants suite à la séparation de leurs parents, les législateurs français ont institutionnalisé le principe de « coparentalité ». Dix ans après, la résidence des enfants chez leur mère continue pourtant de s’imposer massivement lors du règlement judiciaire des ruptures conjugales. À la lumière d’une enquête menée dans quatre tribunaux entre 2009 et 2010, l’article interroge les raisons de la progression limitée de la résidence alternée. Il explique pourquoi les pères et surtout les mères occupant des positions professionnelles stables, les affiliant souvent aux classes moyennes voire supérieures, ont nettement plus de chances de recourir à la résidence alternée que les hommes et les femmes des catégories populaires.
Mots-clés : justice familiale
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [17 references]  Display  Hide  Download

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01547142
Contributor : Aurélie Fillod-Chabaud <>
Submitted on : Monday, June 26, 2017 - 2:23:57 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:53:11 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, January 17, 2018 - 6:29:52 PM

File

LSP_BessiereBilandFillod.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

Citation

Céline Bessière, Émilie Biland, Aurélie Fillod-Chabaud. Résidence alternée : la justice face aux rapports sociaux de sexe et de classe. Lien social et Politiques, Anjou, Québec : Éd. Saint-Martin ; Rennes : Presses de l'EHESP, 2013, Les politiques de genre : quel genre de politiques ?, pp.125-143. ⟨10.7202/1016488ar⟩. ⟨hal-01547142⟩

Share

Metrics

Record views

746

Files downloads

760