Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Les femmes créatrices d'une norme urbaine ? Des usages de la justice et de leurs effets sur la structuration des sociabilités à Marseille au XVIIIe siècle.

Résumé : L’activité des femmes au sein de l’espace public sous l’Ancien Régime est de plus en plus étudiée par les historiens, et plus particulièrement par les historiens de la justice. Les sources judiciaires permettent en effet de réinscrire les femmes dans le processus d’élaboration d’une sociabilité urbaine, fondée sur un système de réciprocité, de don et de contre-don, d’entraide, mais aussi de litiges qui sont nombreux. Les archives des fonds criminels du tribunal de la sénéchaussée de Marseille permettent d’envisager non seulement la place des femmes des catégories populaires dans la cité, mais également, par le prisme de la justice et de la violence, le rôle de régulation qu’elles entendaient jouer au sein de la société du voisinage dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les nombreuses affaires d’injures et de violences physiques portées devant le juge criminel de la sénéchaussée, ainsi que les affaires de mœurs (adultère, violences conjugales, rapts de séductions, voire cas de suicides et d’infanticides), autorisent une prudente reconstruction de l’ordinaire des femmes sous l’Ancien Régime grâce à l’exploitation des archives judiciaires. Cette communication propose donc de discuter l’inscription des femmes dans l’espace public, la notion d’espace privé étant inexistante au sein d’une société dans laquelle la vie en dehors de la communauté des voisins est quasi impossible. Les affaires étudiées permettent aussi d’apprécier l’intériorisation par les femmes des rôles qui sont censés organiser la société d’Ancien Régime, mais surtout les usages et manipulations de ces représentations à des fins rhétoriques sur la scène du tribunal. Les archives judiciaires au criminel contribuent également à éclairer les possibilités réellement offertes aux femmes, pourtant réputées incapables d'un point de vue juridique, qui peuvent intervenir en justice sans la caution d’une quelconque autorité masculine, une démarche qui est impensable au civil. Ainsi l'étude des dossiers criminels permet de dégager comment les femmes parviennent à utiliser les outils judiciaires dans l'intention de faire entendre leurs voix, de modifier et/ou de créer des règles et des normes qui ne leur sont pas, habituellement, reconnues.  
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01783866
Contributor : Delphine Cavallo <>
Submitted on : Wednesday, May 2, 2018 - 5:30:23 PM
Last modification on : Wednesday, July 25, 2018 - 1:22:40 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01783866, version 1

Collections

Citation

Christophe Regina. Les femmes créatrices d'une norme urbaine ? Des usages de la justice et de leurs effets sur la structuration des sociabilités à Marseille au XVIIIe siècle.. Linda Garbaye. Le rôle des femmes dans les sociétés américaine et européenne au XVIIIe siècle : représentations et pratiques, Presses Universitaires Blaise Pascal, pp.11-23, 2017, Histoires croisées. ⟨hal-01783866⟩

Share

Metrics

Record views

31