Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Alcoolisation et lutte contre l’alcoolisme au Maghreb sous la colonisation (Algérie, Maroc, Tunisie)

Résumé : L'objet de ce présent article est de présenter les conclusions d'un travail collectif, mené sur l'alcool dans les différentes parties du Maghreb sous la colonisation française. Ce travail est la première partie d'un vaste projet, financé par l'Institut de recherches et d’études sur les boissons (IREB), et destiné à établir d'ici l'horizon 2020 une synthèse sur l'alcool dans l'Empire colonial français, sujet quasi totalement ignoré par l'historiographie française. C’est à travers la réalisation d'une thèse, portant sur l’alcool sous le Protectorat en Tunisie (1881-1956), qu’il nous est apparu nécessaire de savoir si la Tunisie connaissait la même alcoolisation que l’Algérie et que le Maroc sous la colonisation. Par alcoolisation, nous entendons les volumes globaux d'alcool consommés, mais la présence de ce sujet dans la société, et l'importance, par exemple législative, qui lui est donné. Il nous est ainsi apparu pertinent d'interroger les liens dans les politiques antialcooliques entre les trois pays, afin de savoir s’il existe en la matière une gestion de la question à l’échelle de l’Empire, ou si, dans ce domaine comme dans d’autres, les relations binationales entre la France et ses colonies prédominent. On ne peut bien entendu pas comparer les expériences de production, commercialisation et consommation d’alcool au Maghreb au XIXème-XXème siècle, si l’on ne rappelle pas que les trois pays du Maghreb connaissent des expériences de la colonisation très différentes. Le Maroc et la Tunisie sont des protectorats français, ce qui en théorie implique moins d’ingérence dans la gestion de l’État, tandis que l’Algérie est une partie administrative de la France après 1848, et une véritable colonie de peuplement. D’autre part, le temps de la colonisation politique est bien évidemment différent dans chacun des trois pays : 132 années pour l’Algérie (1830-1962), 75 ans pour la Tunisie (1881-1956), 44 ans pour le Maroc (1912-1956). Toutes ces différences ont des conséquences concrètes sur la profondeur de la pénétration de certains produits en Afrique du Nord, comme l’alcool. Afin de ne pas nous perdre dans l'analyse, nous privilégierons ici une étude comparée de la question alcoolique en Algérie, en Tunisie et au Maroc, dans une période de temps déterminée, de la conquête française au Maroc, jusqu'aux indépendances des Protectorats (1912-1956). Ces quarante quatre années correspondent aux seuls moments où la France administre officiellement toute l'Afrique du Nord. Nous chercherons d’abord à établir le degré de pénétration des trois pays du Maghreb par l’alcool sous la colonisation. Ceci nous permettra de mieux mesurer la réalité du terrain afin de comparer dans un deuxième temps les différents discours et appareils législatifs sur la question de l'alcool dans les trois pays. Enfin, nous tenterons de revenir aux sources des discours et aux logiques qui ont sous-tendu les différentes lois antialcooliques, afin de déterminer si l'Algérie, le Maroc et la Tunisie ont agit dans une optique commune et coordonnée.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02089939
Contributor : Delphine Cavallo <>
Submitted on : Thursday, April 4, 2019 - 11:56:02 AM
Last modification on : Friday, April 5, 2019 - 1:21:04 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02089939, version 1

Collections

Citation

Nessim Znaien. Alcoolisation et lutte contre l’alcoolisme au Maghreb sous la colonisation (Algérie, Maroc, Tunisie). Monia Lachheb, Philippe Chaudat. Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Karthala / IRMC, pp.80-91, 2018, Hommes et sociétés. ⟨hal-02089939⟩

Share

Metrics

Record views

82