Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Les ambigüités de la première académicienne

Résumé : Marguerite Yourcenar fut la premeière femme élue à l'Académie française. Si Jean d'Ormesson fut la cheville ouvrière de son élection, aidé et soutenu par une campagne médiatique sans précédent, il n'en reste pas moins que Yourcenar a adopté en cette circonstance une attitude très ambiguë, révélatrice de sa personnalité et de son mode de fonctionnement. Car elle n'a pas seulement été un pion passif entre les mains de ses amis qui voulaient la faire entrer sous la Coupole. Cette étude montre l'écart qu'il y a entre l'image que Yourcenar forge et veut donner d'elle et ce qu'elle est ou fait réellement. Il n'y a pas à l'en blâmer; mais cela montre sa volonté inébranlable de maîtriser tout ce qui la concerne. Il ne faut donc pas croire que Yourcenar voulait rester isolée sur son île. Elle voulait être reconnue par son oeuvre. Et elle voulait mener le jeu. Elle voulait se donner à voir mais aussi se protéger. Dès que la notoriété est venue, elle a consacré beaucoup d'énergie à se montrer sans être vue, et l'expérience de l'Académie française nous en montre un exemple édifiant.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02116976
Contributor : Mireille Brémond <>
Submitted on : Wednesday, May 1, 2019 - 9:50:06 PM
Last modification on : Thursday, May 2, 2019 - 1:21:15 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02116976, version 1

Collections

Citation

Mireille Brémond. Les ambigüités de la première académicienne. Nouvelles francographies, Société des Professeurs Français et Francophones d'Amérique, 2018, Marguerite Yourcenar, numéro spécial (6), p. 73-80. ⟨hal-02116976⟩

Share

Metrics

Record views

27