Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Guerre juste

Résumé : «Aussi longtemps cependant que le risque de guerre subsistera, qu’il n’y aura pas d’autorité internationale compétente et disposant de forces suffisantes, on ne saurait dénier aux gouvernements, une fois épuisées toutes les possibilités de règlement pacifiques, le droit de légitime défense". (Gaudium et Spes,79, § 4).Il ne semble pas qu’un seul Père de l’Eglise durant les trois premiers siècles ait élaboré une doctrine des conditions de licéité de la guerre. Par contre les textes de saint Augustin concernant le droit de guerre sont nombreux, inspirés par les réflexions de Cicéron dans le De Officiis. La guerre juste est celle 1. qui a comme but de recouvrer la paix2. de rétablir la paix quand elle est injustement violée 3. qui est menée en dernier recours après avoir sincèrement épuisé toutes les voix de recours. 4. qui est menée par les autorités légitimes. Après Augustin, saint Thomas fut un des grands théoriciens de la guerre juste(Somme théologique. La charité.Tome III, Secunda Secundae) et a repris les catégories d’Augustin: pour qu’une guerre soit juste il faut trois conditions: l’autorité du Prince sur l’ordre de qui la guerre doit se faire2. une cause juste c'est-à-dire qu’il est requis que ceux qui sont attaqués méritent de l’être en raison de quelque faute3. Une intention droite chez ceux qui font la guerre, c'est-à-dire qui se proposent de promouvoir le bien ou d’éviter le mal.Vitoria et Suarez vont porter à leur apogée la doctrine scolastique de la guerre juste. Par leurs réflexions se développe conjointement à la doctrine catholique une doctrine «universelle» du jus in bellorendant juste une guerre sur la réunion de toutes ces conditions, pour autant que même légitime,la réponse militaire soit proportionnée et au service d’une paix rapide. Cette perspective va soutenir la doctrine catholique de la guerre juste jusqu’au XXème siècle. Mais confronté à la réalité des conflits successifs,le concept même de guerre juste a commencé à vaciller sous Benoît XV puis sous Pie XII, qui ont pu vérifier combien, même si un camp paraissait plus «juste» qu’un autre, sa victoire n’avait été atteinte qu’au prix d’une surenchère dans la guerre inconditionnelle, disproportionnée et indiscriminée.Maintenue dans la Constitution Gaudium et Spes, (n°79, § 4)au nom d’une exigence élémentaire de justice, la«légitime défense» a été souvent rappelée par Jean-Paul II comme élément essentiel de la solidarité(militaire)internationale envers les petites nations et les peuples sans Etat,en cas d’agression subite ou de domination indue. Jean-Paul II a également défendu le devoir d’intervention (militaire)internationale en faveur de la protectiondes civils sans défense.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02883597
Contributor : Julien Caugant <>
Submitted on : Monday, June 29, 2020 - 11:39:42 AM
Last modification on : Tuesday, June 30, 2020 - 3:39:32 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02883597, version 1

Collections

Citation

Blandine Chelini-Pont. Guerre juste. Le Monde du Catholicisme, 73 (1), Editions CERF, 2017, 978-2221107102. ⟨hal-02883597⟩

Share

Metrics

Record views

14