Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Version Radicale

Résumé : La théorie de la dissonance élaborée par Festinger (1957) a suscité, tout au long de son développement et encore actuellement, nombre débats et controverses. Pour qualifier les relations entre cognitions, Festinger propose de parler « d'implication psychologique » : de cognitions consonantes ou dissonantes entre elles. La formulation initiale de la théorie demeure cependant imprécise quant à l'origine de la dissonance, celle-ci étant évoquée pour désigner tant une relation entre cognitions « inconsistantes », qu'un « état » de dissonance (Beauvois & Joule, 1996). Ces imprécisions ont permis aux chercheurs de s'emparer d'un champ de recherche riche, de produire de multiples paradigmes soutenus par des expérimentations. Ainsi, après la formulation de 1957, la littérature identifie certaines conditions nécessaires à l'obtention de la dissonance : par exemple l'engagement (Brehm & Cohen, 1962). Certaines ré-interprétations avancent la responsabilité personnelle (Cooper & Fazio, 1984) ou encore prennent appui sur le Soi (Aronson, 1968; Stone & Cooper, 2001). Ces ré-interprétations dépassent les prémisses de 1957, l'éveil de la dissonance étant conditionné par une implication psychologique relevant non plus seulement de deux cognitions, mais de trois (menace du Soi chez Aronson ; attribution d'une responsabilité personnelle chez Cooper et Fazio). Beauvois et Joule (1981) proposent alors de revenir à la version initiale de 1957. Leur version « radicale » de la théorie fait table rase des ré-interprétations et remodelages proposés, notamment, par les théoriciens du soi ou de la responsabilité personnelle, et attribue au comportement de soumission le statut de cognition génératrice, à partir de laquelle doivent s'entendre les relations entre cognitions. Cette relecture permet d'exclure les ré-interprétations de l'effet de dissonance en termes d'auto-perception, ou de gestion des impressions, et restreint donc l'univers de pertinence de la théorie. Parallèlement, elle permet des prolongements paradigmatiques, tels que : La double soumission induite, qui, extension du paradigme classique de la soumission induite, étudie les retombées cognitives consécutives à la réalisation de deux comportements, dont l'un au moins est problématique ; La rationalisation en acte, qui envisage que la réduction de la dissonance consécutive à la réalisation d'un acte problématique peut passer par la réalisation d'un second comportement encore plus problématique que celui à l'origine de la dissonance. Le processus de réduction peut ainsi s'accompagner d'une augmentation d'inconsistance. Cette communication questionnera les apports de la version radicale et ses limites et proposera de nouvelles pistes de recherche, voire d'autres paradigmes, dans un cadre radical. Mots-clés : histoire de la psychologie, théories, paradigmes
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-03341760
Contributor : Valerie Fointiat <>
Submitted on : Sunday, September 12, 2021 - 3:56:36 PM
Last modification on : Tuesday, September 14, 2021 - 3:33:53 AM

File

Fointiat, Girandola, & Halimi-...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03341760, version 1

Collections

Citation

Valérie Fointiat, Fabien Girandola, Séverine Halimi-Falkowicz. Version Radicale. Hommage à Jean-Léon Beauvois : une pensée psychosociale, Aug 2021, Nice, France. ⟨hal-03341760⟩

Share

Metrics

Record views

17