The Minister of Finance under the Fifth Republic - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2019

The Minister of Finance under the Fifth Republic

Le Ministre des finances sous la Ve République

(1, 2)
1
2

Abstract

It is fashionable to admit, since the image emerges in many academic works, that the Minister of Finance is, under the Fifth Republic, a "super-minister whose influence counterbalances that of the Head of Government", a "second Prime Minister", or even a "universal minister". Thanks to his powers and skills, the Minister of Finance would have an unquestionable superiority that many consider unquestionable under the Fifth Republic. If the assertion of a power seems to emerge from the writings on the Minister of Finance under the Fifth Republic, an in-depth study reveals indisputable limits constraining him, calling into question this alleged hegemony within our institutions. Easements on all sides and more and more present attenuate this mythical image glorifying the function. This demonstration is carried out in two stages. Initially, it is established that there is no administrative hegemony of the Minister of Finance, in spite of certain particularities due to the financial matter. As an administrative authority, he is essentially comparable to an ordinary minister. Secondly, it is proven that there is indeed a certain political hegemony of the Minister of Finance. However, it weakened during the Fifth Republic, even if events failed to make it an ordinary political authority.
Il est de bon ton d'admettre, puisque l'image se dessine dans nombre de travaux universitaires, que le ministre des Finances est, sous la Ve République, un « super-ministre dont l'influence contrebalance celle du chef du Gouvernement », un « deuxième Premier ministre », ou encore un « ministre universel ». Grâce à ses pouvoirs et à ses compétences, le ministre des Finances disposerait d'une supériorité sans appel que beaucoup considèrent comme incontestable sous la Ve République. Si l'affirmation d'une puissance semble se dégager des écrits portant sur le ministre des Finances sous la Ve République, une étude approfondie laisse apparaître d'incontestables limites le contraignant, remettant en cause cette prétendue hégémonie au sein de nos institutions. Des servitudes de toutes parts et de plus en plus présentes viennent atténuer cette image mythique glorifiant la fonction. Cette démonstration est réalisée en deux temps. Dans un premier temps, il est établi qu'il n'existe aucune hégémonie administrative du ministre des Finances, malgré certains particularismes dus à la matière financière. Il est, en tant qu'autorité administrative, essentiellement assimilable à un ministre ordinaire. Dans un second temps, il est prouvé qu'il existe bien une certaine hégémonie politique du ministre des Finances. Cependant, celle-ci a connu un affaiblissement au cours de la Ve République, même si les événements ne sont pas parvenus à en faire une autorité politique ordinaire.

Keywords

Not file

Dates and versions

tel-03209909 , version 1 (27-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03209909 , version 1

Cite

Julien Defline. Le Ministre des finances sous la Ve République : Contribution à l'étude du désenchantement d'une toute-puissance. Droit. UNIVERSITÉ DE DROIT, D’ÉCONOMIE ET DES SCIENCES D’AIX-MARSEILLE FACULTÉ DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE D’AIX-MARSEILLE, 2019. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03209909⟩

Collections

UNIV-AMU
35 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More